Épilogue…

Tout ce long chemin m’a ramené à la case départ.

À une Réalité Re-connue.

Qui s’est bonifiée d’un vécu intérieur que je n’aurais jamais cru possible. Qui est bien au-delà de ce que ma prime jeunesse m’avait fait vivre. Parce qu’il est maintenant amplifié d’une expérience de Vie qui le magnifie.

Il n’y a nul part où aller. Aucun titre à revendiquer. Aucune prouesse à accomplir. Aucun statut à conquérir.

Qu’une Vie à vivre. Pleinement. Sans compromis.

Je l’ai toujours su. Et c’est toujours ainsi que j’ai vécu. Ma seule méprise, aura été tout ce temps que j’ai passé à écouter les autres me dire comment vivre ou être. Tout ce temps que j’ai passé à étouffer ma sensibilité et cette essence d’Amour qui semble maintenant vouloir se transformer en une sorte de puissance qu’il me reste à apprivoiser. J’ai été lente à comprendre qu’à travers ce que je percevais erronément « autre », toujours, c’était la Vie qui me forçait à revenir à ce que j’ai toujours compris intuitivement. Être simplement celle que je suis.

Un électron libre… Une source de rayonnement qui bien que détachée, est plus puissante que jamais. Galvanisée d’une force intérieure que je ne me connaissais pas encore.

La Lumineuse… Une simple évocation à l’étymologie du prénom qui m’a été donné, Diane. Je le mentionne pour le bénéfice de ceux qui se questionnent sur la dénomination choisie ou y verraient autre chose que ce petit clin d’œil.

Une simple présence sur votre chemin d’éveil... Non, de Vie!

Les jeux de rôles sont terminés. Bien que j’avais depuis longtemps compris que le monde vit en moi, je vivais encore cette illusion de croire que dans ce jeu de la dualité, je pourrais faire « partie de la gang »

Pourtant. Très rapidement après 2017, quelque chose en moi appelait à une sorte de « vie monastique ». Contre cela aussi j’ai beaucoup résisté. Parce que le terme était alors récupéré par un ego qui avait encore une forte propension à se créer toutes sortes de scénarios! Je vois aujourd’hui qu’il y beaucoup de cela qui cherche à prendre place. Quelque chose « creuse » de plus en plus profondément dans la forme et me fait voir beaucoup plus loin que ma petite humanité. Bien que j’embrasse celle-ci totalement et même plus que jamais, en ce moment j’ai besoin de demeurer avec ce vécu intérieur si puissant. D’apprécier à sa juste valeur un retour à des origines que je ne comprends pas encore clairement. Cela dit, je sais que je n’ai pas besoin de comprendre mais de simplement accueillir. Comme toujours.

D’apprécier enfin cet Amour plus grand qui m’a toujours habité. Cet Amour, c’est la source de tout notre potentiel de transformation. C’est cet accueil à nous-même et à l’autre. C’est cet espace nécessaire pour se déposer. C’est cette absence de dénomination, de jugement. C’est ce qui ne cherche plus à vous amener nulle part, mais vous invite simplement à reconnaître ce qui est déjà là.

J’ai raconté ma vie et l’expérience spirituelle des dernières années, de toutes sortes de façons. Tellement souvent qu’elle a fini par ne plus faire de sens. Vu qu’elle relevait elle aussi du rêve qui s’est vécu si longtemps. Maintenant, je n’ai plus le goût de parler de « moi ». Parce qu’il a de moins en moins de « moi » de qui parler. Il y a une Vie, pleine et riche qui se vit à travers Diane. Une Conscience plus vaste de cette Réalité Infinie dans laquelle nous vivons et un élan à partager cet Amour qui me porte.

Il n’est pas question de « moi » et, à quelque part, il n’en a jamais été question. Il est question de « nous », il est question de tous ces autres. Qu’il faut aimer, qu’il faut accueillir, qu’il faut tenter de comprendre. Tout au fond de moi, je l’ai toujours su. Mais je n’avais pas la pleine compréhension des règles qui se jouent en ce monde et pas encore suffisamment de force pour l’assumer.

Ce que je ne voyais pas non plus, avant les derniers constats que je vous partage, c’est que l’Amour se partage en tout temps. Que vous en soyez conscient ou non. Que vous me voyez ou non. Que vous m’aimiez ou non. J’ai déjà lu une très belle phrase dans un texte (je ne me souviens plus lequel), qui m’avait profondément touchée. Cela disait: « C’est ma béatitude que vous ressentez, consciemment ou non. » Et bien c’est exactement cela… Avec cette dernière illusion qui s’est effondrée, qu’il fallait rejoindre des gens et une communauté pour pouvoir le transmettre, il a été vu que rien de tout cela n’était nécessaire. Compris également que l’histoire personnelle, même si elle bonifie et enrichi l’expérience, ne définit pas ce que nous sommes.

Rien ni personne ne le peut…

Et si je raconte maintenant l’histoire du passage dans le spirituel, c’est simplement pour vous dire que la mort du/des personnage/s n’est pas une fin en soi. Que ce n’est qu’un retour à la case départ. Que tout demeure encore à découvrir et le sera toujours.

Si dans un premier temps, il y a à comprendre ce que nous ne sommes pas, c’est pour ensuite voir qu’il y a tout à découvrir sur ce que nous sommes.

Cette Conscience, cet Absolu, ce Dieu, ce Soi, oui vous êtes Cela.

Mais vous ne l’êtes pas non plus.

En faits, vous êtes bien plus que Tout Cela.

Une indéfinissable Réalité qui se créer, bouge et évolue sans cesse.

***

Je retourne à la Vie, en paix de mon passage dans tous ces milieux par lesquels je suis passée et ces gens que j’ai rencontrés. Comme la comète que j’ai toujours été. Mais, le coeur de glace que je m’étais forgé au cours des dernières années a fondu. Et la comète a cessé sa course pour se fondre dans l’étoile à laquelle elle appartient. Aujourd’hui, je suis enfin heureuse de pouvoir laisser ma joie et cet Amour se répandre comme une traînée dans mon environnement.

Au revoir éveil, illumination et réalisation.

Pour moi, l’éveil demeure une nécessité illusoire. Les choses se feront. Elles se sont toujours faites. Nous ne pouvons que suivre les mouvements. Embrasser et faire UN avec tout ce qui est.

Pour moi ce fût simplement un bon coup de pied au cul. Pour me rappeler que j’ai toujours été là où je devais être.

Ceci dit, c’est le plus merveilleux de tous les coups de pied au cul!

Mais c’est comme tout le reste. Un jour il faut en revenir.

Les portes de mon coeur sont ouvertes plus que jamais. Ouvertes à l’autre, à la Vie et à tout ce qui s’y manifestera. Je vous invite à ouvrir les vôtres. Toujours tenter, le plus possible, de demeurer dans l’ouverture. Ne pas vous protéger, vous fermer et vous délester de votre armure. Accepter de retourner à cette fragilité, cette vulnérabilité et cette sensibilité qui vous feront voir que vous êtes tellement plus que Cela!

Je maintiens également ce que j’ai toujours dit: Oui, il est possible de transformer les choses en vous et d’accéder à une véritable paix durable. Je ne vous dis pas que c’est facile, je vous dis simplement que cela en vaut la peine.

Et je vous souhaite de tout coeur de pouvoir toucher à l’Infini et l’Illimité en vous.

Je continuerai d’écrire bien sûr. Je n’ai aucun contrôle sur ce qui demande à s’exprimer! Probablement que le rythme ou le débit ralentira, je ne sais pas… C’est ce que je sens. De toute façon, tout ce que je peux maintenant faire, c’est me laisser porter.

Je vous ai attendu toute ma vie… J’ai nourri tellement d’attentes envers vous. Envers ce que je percevais être « moi » également… Attendue que vous me voyiez, que vous m’acceptiez, que vous m’aimiez. Comme je vous aimais. C’est à partir de cette réalité que j’ai longtemps vécu. Trop vite, déphasée par rapport à vous, je me retrouvais souvent arrêtée pour parfois vous attendre, mais plus souvent qu’autrement, reprendre mon souffle. J’étais malhabile, gauche même. Souhaitant si fort vous ressembler, je ne faisais que m’enliser et me vider de cet Amour que j’ai fini par perdre à l’égard de cette Vie qui m’a été donnée. C’est ce qu’il fallait. Pour en arriver à mourrir. Mourrir à toutes ces illusions, ce rêve qui se vit sur cette planète.

Aujourd’hui quand je vous regarde, dans toute votre profondeur, au-delà de toutes ces illusions et ce rêve qui vous remplit de toutes sortes de peurs, je ne vois aucune différence entre vous et moi.

C’est fou tout ce que je ne voyais pas! Aveuglée que j’étais par mes propres peurs… Aujourd’hui je vois à quel point nous sommes tous identiques. Tous porteur de la même lumière.

En bout de ligne, de toute cette longue diatribe que je vous tiens depuis 6 jours maintenant, ce qui a changé, ce qui s’est écroulé avec ce passage dans ce milieu de la spiritualité, c’est cette attente qui demeurait. Celle d’enfin trouver dans un groupe ou une communauté, ce que je n’avais pas trouvé ailleurs jusqu’ici dans ma vie. Jusqu’à comprendre la fatalité de ce sentiment d’appartenance, qui est à la base de notre humanité. Un sentiment malheureusement teinté de beaucoup de peurs inconscientes à accueillir pleinement l’autre pour ce qu’il est. Ainsi que d’un passé lourdement chargé. Qui pèse très lourd sur cette planète.

Actuellement, nous déblayons le passé et tentons de réconcilier celui-ci dans ce grand collectif qu’est l’humanité. C’est essentiellement le boulot qui demande à être fait en cette époque… Tenter de laisser moins de lourdeur aux générations subséquentes. Les rendre plus responsables, maîtres de leur royaume intérieur. Et c’est bien là une grande prétention de la spiritualité moderne que de s’associer en ce moment à la naissance d’une nouvelle race, d’une nouvelle terre ou d’une nouvelle conscience… Il y a certes l’émergence de quelque chose qui prend forme oui. Une belle grosse ouverture du coeur en marche. Mais comme nous ne sommes pas encore capable de développer de la profondeur, de réellement nous voir au-delà de nos différences, sans devoir en passer encore par des apprentissages dogmatiques, des lignées hiérarchiques ou une spiritualité consumériste, il serait vraiment illusoire de croire que quelque chose de concret est en train de se créer. Cette émergence doit continuer d’être encouragée, et nous devons développer cet accueil nécessaire à ce que les choses changent.

***

En terminant, je le répète, quoique vous croyez comprendre de ce texte, soyez ce que vous êtes. Vous êtes très bien tel que vous êtes. N’oubliez jamais cela, quoique les autres puissent vous dire. Quelle que soit l’étiquette qu’ils souhaitent vous apposer.

Dites-vous simplement que tout est toujours tel qu’il doit être et que vous n’avez pas à partager ma vision. Je ne vous demande pas cela. Ce n’est pas pour cela que j’écris. Ce texte comporte plusieurs niveaux de lectures. Donc, tirez-en les conclusions que vous souhaitez et poursuivez votre route en paix.

Tentez seulement de ne pas nourrir trop de petits discours intérieurs quant à cette lecture. Car, en faisant cela, c’est seulement vous que vous faites souffrir… Et de la souffrance, il y en a déjà bien assez en ce monde.

Avec tout mon amour ❤️

2 réponses à « Épilogue… »

  1. Merci chère Diane pour ces mots, ces mots rassurants et doux dans mon coeur! J’entends bien ce que tu dis, ce que tu écris… j’essaye maintenant d’écouter… écouter mon coeur et de suivre ces indications…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton commentaire belle Madeleine ainsi que de ton partage. La voie du coeur est belle, suis-la, jamais elle ne te trompera… ❤️

      J’aime

Répondre à Diane Gagne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :