C’est drôle quand même…

Vous connaissez l'allégorie de la caverne?

Cet exposé dont Platon se servait pour illustrer la difficile accession de l'humain à la Vérité?

C'est l'histoire d'hommes enchaînés dans une caverne, dos à l'entrée, croyant que la projection d'ombres sur le mur devant eux est la seule réalité. Toute l'allégorie porte sur la façon dont se libérer de la caverne.

La caverne est un lieu, un espace clos dont nous sommes prisonniers. Il y a donc un nombre illimité d'éléments qui peuvent être associés à la caverne.

Une allégorie se sert d'éléments concrets pour expliquer des concepts abstraits. Par contre, il faut comprendre également que l'abstraction relève du domaine des idées et des capacités imaginatives.

La caverne, tu l'auras compris c'est ce mental dont tu es prisonnier;
Une cage à explorer;
Une cage vide, parce que composées d'idées et de pensées!

L'idée derrière cette allégorie, c'est que tu n'as jamais été prisonnier, tu as simplement cru que tu l'étais.

Ça c'est la théorie... De ceux qui te disent:  « Allez zioup! Libère-toi de tes croyances et tu seras illuminé! »

Mais l'allégorie fait ÉGALEMENT partie de la caverne. C'est de l'intérieure de la caverne que tu l'étudies et finit par la comprendre. Donc, ceux qui te disent cela se servent de la caverne pour te vendre l'idée qu'il faut te libérer d'un lieu qui n'existe pas réellement!

C'est drôle quand même...

Mais c'est correct... Profondément correct. Parce qu'il faut commencer quelque part et que le mental c'est un fichu gros bout à apprivoiser.

Ce que je tiens à te dire avec ce texte aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas un meilleur moyen qu'un autre pour se libérer de ses chaînes et sortir de la caverne; 

Que tu n'es pas un élément en série sur une chaîne de montage qui vient avec un manuel d'instructions;

Qu'entre le moment où tu te défais de tes chaînes et sors de la caverne, il va s'écouler encore du temps avant que tu comprennes qu'il y a jamais vraiment eu de caverne;

Que tu peux continuer longtemps à entretenir l'idée qu'il y a une caverne dont il faut se libérer et même prendre goût à revenir expliquer aux gens comment en sortir;

Que tout ceci demeure encore très illusoire et très plaisant pour ceux/celles qui aiment en demeurer au stade de l'esprit, de l'intellect, des idées et des pensées;

Et que, finalement...

Même lorsque tu réalises que la caverne n'a jamais existé, ça peut prendre ENCORE un peu de temps pour enfin voir que derrière cette allégorie, il y a AUSSI l'idée que peu importe que tu sois à l'intérieur ou à l'extérieur de la caverne, que la caverne existe ou non, dans la Vie, de l'ombre il continuera TOUJOURS d'y en avoir.

                                                        ***

Il y aura toujours une ombre, un passé, qui va continuer à te porter vers une action dans le présent, qui orientera un futur à venir.

C'est ce qui te pousse à continuer;
À aller vers l'autre;
À créer;
À aimer.

S'il y avait plus aucune ombre, il n'y aurait plus aucune Vie contrastée! Tu resterais assis là, sans plus aucune envie de rien faire, aucun élan de vie. Si tu vis encore, c'est pour que le mouvement continues et que tu continues de nourrir une Vie qui veut seulement CROÎTRE.

La « réalisation » n'est pas une finalité, c'est une simple reconnaissance. En cette époque, le statut de « l'enlightenment » n'est qu'une illusion de plus qu'ont te vend. Cela dit, mon point n'est pas de te dire que les gens qui te vendent cette idée ou te la font miroiter ne sont pas corrects.

TOUT est correct. Ils te permettent de nourrir un élan qui prend place en toi de toucher à quelque chose qui est là tout près. Souvent trop près, trop simple ou trop évident. Ce qui fait que oui, ces gens-là ont toute leur place également.

Mon souhait est simplement que tu ne tombes pas dans ce panneau de croire que les gens qui t'enseignent à sortir de la caverne sont mieux que toi ou ont compris un truc que tu n'as pas compris.

Perso, je suis longtemps tombée dans ce piège et je voudrais seulement que tu évites de leur accorder plus de valeur que tu ne t'en accordes. Parce que ça, ça peut te faire tourner en rond très longtemps dans ta caverne imaginaire...

Nous demeurons tous et toutes imparfaits et pourquoi on comprend, trouve les clés des menottes plus ou moins rapidement, plus ou moins facilement, ne s'explique pas logiquement. C'est simplement la Vie.

Sache également que... 

La liberté a un prix:
Elle est parfois faite de blessures qui sont très longues à guérir ou emporteront un handicap résiduel;

La liberté est subjective:
Ce qui fait en sorte que toi te te sens libre et un autre non est variable. Les chaînes ne se construisent pas de la même façon d'un individu à l'autre;

La liberté se vit dans le présent:
Le passé t'instruit, le passé te permet de te comprendre, mais il ne te définit pas. Il en est de même pour le passé de toute l'humanité. Les enseignements du passé ne peuvent à eux seuls te libérer;

La liberté se vit pleinement et s'explique difficilement:
Parce qu'elle se compose d'un vécu propre à chacun, un jour on comprend que le mieux qu'on puisse faire c'est de simplement écouter, accueillir et aimer les gens tels qu'ils sont, plutôt que de leur dire quoi faire ou comment être.

La Vie est ton seul et unique guide. Qu'on parle de la Vie à l'intérieur de toi, celle qui se déploie là partout ou celle qui prend la forme de quelqu'un qui te tend la main à un moment charnière de ta vie, nous pouvons tous nous accueillir et nous écouter.

 C'est de vivre pleinement qui te libère. Rien ni personne d'autre.

🌱🌷

Une réponse à « C’est drôle quand même… »

  1. Tes textes me parlent tellement et sont si riches! Merci 🙏🏻

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :