Confessions

Je dois être honnête. Parce qu’il m’est impossible de faire autrement de toute façon!

Ce que j’ai observé dans le milieu spirituel, dans ses façons de fonctionner, ne peut fonctionner avec ce vécu qui est le mien.

Je suis passée à travers cette vie comme une comète. Une sorte de chat qui a vécu plusieurs vies dans la même. Trop pressée, poussée par une urgence de vivre que je pourrais expliquer, mais qui encore une fois n’est pas vraiment importante pour ce texte. Jusqu’à l’effondrement. Qui m’a stoppé net.

Je ne suis jamais demeurée assez longtemps dans un domaine, un milieu, un groupe, une clique, pour tisser des liens significatifs. Sauf quelques rares cas d’exceptions, quant à de précieuses personnes qui sont encore aujourd’hui dans ma vie. J’ai été affublée de toutes sortes d’étiquettes. De l’enfant surdouée à la grande malade bipolaire, de l’adolescente anorexique à l’obèse morbide, j’ai passé ma vie à toucher tous les extrêmes. Plongé à fond dans toutes les expériences qui s’offraient à moi. Avec une intensité que peu de gens ont su comprendre.

Que moi-même je ne comprenais pas. Mais peut-on réellement comprendre ce que nous sommes? Non. C’est un exercice qui finira toujours par nous limiter et nous cantonner à un lot de références extérieures, à partir desquelles ce monde fonctionne. Nous ne pouvons que nous apprivoiser, nous accueillir et profondément nous aimer dans notre humanité…

Je suis montée très haut pour descendre tout aussi bas tellement souvent. Ne réussissant jamais à trouver ma place en ce monde.

Jusqu’à ce que je réalise que Je Suis ce monde, que Je Suis Amour…

Si je permettais encore à des gens de m’apposer des étiquettes, j’aurais très certainement celle d’un électron libre. Et bien que je tente le plus possible de ne plus me définir par les standards de ce monde, je dois dire qu’il y a une part de vérité qui me corresponde dans la description que fait les sciences des électrons libres.

Ils sont peu attaché au noyau.

Pourtant… La physique nous enseigne qu’ils contribuent néanmoins à la circulation de l’énergie

Certains diront du profil des électrons libres que ce sont des gens qui ne tolèrent pas l’autorité.

C’est vrai pour certains et ce fût effectivement un profil qui pouvait me convenir dans la jeune vingtaine. Mais par la suite, vous ne pouvez pas imaginer toutes les tentatives que j’ai faites pour me fondre dans la masse. Tous les dénis de moi-même par lesquels je suis passée, pour tenter de vivre une vie qui se voulait être « comme tout le monde ». Jusqu’à me convaincre que j’étais folle… Bref, là aussi, ce fût une expérience qui s’est avérée plus qu’instructive. Une expérience qui fût un véritable chemin de Damas.

Plonger comme je l’ai fait dans la folie m’a permis de voir qu’en cela aussi, il existe une profonde illusion. Comme le disait Krishnamurti, compris à quel point ce n’est pas une signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade… Vouloir appartenir à ce collectif a failli me tuer.

Bref, en bout de ligne, s’il y a une chose que mon cheminement dans le milieu spirituel m’a appris, c’est de faire comme avec tout le reste. Ne pas me limiter là non plus. Ne pas me limiter à cette Pure Conscience que je suis.

De ne pas m’en tenir qu’à cela. Surtout à ce que la spiritualité moderne en fait… Il m’est de plus en plus difficile d’utiliser ce vocabulaire suranné repris depuis des décennies. Je n’ai jamais été capable d’utiliser ces notions de péché, de bien et de mal, malgré mes racines chrétiennes. Mais j’ai beaucoup utilisé celui de non-être, non-évènement, de vide et de vacuité. Mais, là aussi, Cela ne veut plus se faire.

Je ne nie pas que cela soit représentatif d’un vécu ou d’une réalité pour certains. Mais, je vois bien également qu’on ne peut en rester là. Lorsque plus rien ne se fixe, ce monde relève certainement de l’état de rêve oui. Mais il ne se limite pas qu’à cela non plus. Il se bonifie d’une Vie où il n’y a plus de limites. Plus de limites, parce que plus rien à y chercher. La béatitude nous remplit et toutes les réponses sont là, en nous. Les actions partent d’un nouveau centre, qui déterminent de celles-ci à partir d’un seul critère pour moi: L’Amour.

La Vie se bonifie d’une complétude qui enlève toute substance aux gargarismes intellectuels ou spirituels. Que seul le Silence peut évoquer pleinement.

Cela dit, en toute chose il y a du bon. Même en ce que je peux sembler dénoncer à prime abord. Lorsque les situations, les gens ou les circonstances vous paraissent troubles ou manquent de clarté, dites-vous que toujours, cet accueil (qui vient inévitablement avec l’Amour), est la seule façon d’être qui vous permettra de tirer les conclusions qui se doivent d’être.

Une fois que les choses sont accueillies en nous, rien ne peut plus être rejeté.

Mais la vie peut vous en éloigner, vouloir vous amener ailleurs…

Cette non-dualité dont je vous ai tant entretenus, ne relève pas du dogme, de la philosophie ou d’un lot de croyances. Elle n’est pas véhiculée par un être en particulier, un Guru, un Maître ou un individu spécifique.

Elle est constituée d’un vécu.

Elle ne s’enseigne pas, quoique de plus en plus de gens réussissent fort bien à trouver des mots tout à fait adéquats pour exprimer leur vécu. Mais, en bout de ligne, c’est bien là justement tout ce qu’on peut faire.

En témoigner.

Témoigner d’une façon de vivre et d’être. Qui procède d’une réelle ouverture. Une ouverture que j’ai rencontré bien avant le début de mon cheminement dans le milieu de la spiritualité. Et que j’ai rencontré pendant celui-ci également.

***

Demain, je vous entretiens de cette réelle ouverture…

2 réponses à « Confessions »

  1. ce n’est pas une signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade… j’ai lu cela il y a des dizaines d’années, le bien que cela m’a fait ! Je n’ai plus jamais tenté de me conformer à quoi que ce soit qui ne me semblait pas cohérent avec l’intelligence.

    Aimé par 1 personne

    1. Je me suis demandée pendant un temps, qu’est-ce qui se serait passé si je l’avais lu plus tôt? Avec le temps, j’ai compris que j’aurais perdu une très belle opportunité de comprendre une réalité invisible de ce monde que nous ne comprenons pas encore et dont nous jugeons très rapidement. Aujourd’hui j’ai beaucoup de respect pour les gens souffrant de troubles de santé mentale… Ils sont ces « canaris » qui nous avertissent de tout ce qui sommeille dans notre inconscient. L’inconscient de tous ces gens qui se croient bien adaptés à ce monde. 🌹 Comme toujours, merci de me lire et de prendre le temps de commenter mes textes. 🙏🏻

      Aimé par 1 personne

Répondre à Le retour du Flying Bum Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :